19 février 2009

Après mangeons plus, mangeons mieux

pub_legumes

Dans la même lignée que la Charte sur l’image du corps et contre l’anorexie qui a été signée en avril 2008, les pouvoirs publics poursuivent leurs efforts pour faire évoluer la publicité en s’attaquant cette fois à l’obésité enfantine.

En effet, les publicitaires et professionnels de l’audiovisuel ont signé, en présence des Ministres de la Santé et de la Culture, une charte pour « promouvoir une alimentation et une activité physique favorables à la sante dans les programmes et les publicités diffusés à la télévision ».

Selon cette charte, les professionnels s’engagent à « financer, produire et diffuser des programmes valorisant les bons comportements en matière de nutrition et d'activité physique ».L’idée est d’inciter les chaines de télévision à diffuser des spots de 10 à 15 secondes sur l’hygiène de vie et de favoriser des programmes sur l’activité sportive avec la collaboration de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé ainsi que les acteurs de l'industrie alimentaire. Il reviendra au CSA de surveiller ces quelques 340 à 470 heures de programme annuelles et de veiller à ce que tout ce petit monde respecte bien les engagements pris.

En outre, dans cette démarche pédagogique et incitative, il est aussi question de proposer des publicités à destination des enfants de meilleurs « qualité ».

Tout cela semble positif mais j’ai un peu de mal à imaginer à quoi concrètement cela pourrait ressembler. Va-t-on voir apparaître des Véronique et Davina nouvelle génération ? Va-t-on voir plus de programmes sportifs ? Les émissions comme Chef, la recette vont-elles poussées comme des champignons ? Y aura-t-il écrit « Manger tue » en bas des écrans de pub pour les sucreries ? Et surtout qu’entendent-ils par des publicités infantiles de meilleures « qualité » ?

Bref, une fois encore, j’ai tout de même le sentiment que ce ne sont que des paroles floues et qu’il va être difficile de réellement cadrer les choses parce que des interprétations diverses seront possibles.

En tout cas, UFC-Que Choisir est « scandalisé » et juge que cette charte n’est qu’un « contre-feu pour éviter une réglementation », en l’occurrence, l’interdiction de la publicité pour les boissons et produits trop gras, trop sucrés, trop salés qui contribuent à l’obésité infantile.


Commentaires sur Après mangeons plus, mangeons mieux

Nouveau commentaire